Tableaux spirituels de Cornélie

La peinture spirituelle comme élément exutoire à la maladie.

À l’aube de ses 33 ans... la maladie se met en place, insidieusement,sa vie active doit momentanément s’arrêter. Sa nature d’artiste spirituel ne se complait pas dans une vie jalonnée de larmes et de souffrances.

 

Cornélie décide de compenser et de transcender cet état de fait, et retrouve son premier amour : le dessin et la peinture spirituelles. Ainsi à 33 ans, elle passe ses journées à peindre et son âme, trouve là, un exutoire qui laisse deviner sa soif d’absolu et du beau. Elle souffre beaucoup et pourtant ses peintures spirituelles explosent de joie et de fraîcheur.