Actualités


  • /medias/actu/ailes-hasard.jpg

    TROISIEME ROMAN de CORNELIE  -  JUILLET 2017 "Les Ailes de Hasard"
    ( chapitre 1, cliquez ci-dessous)

    "Les Ailes du Hasard"

    Chapitre un (extrait)

    N’avez-vous jamais ressenti cette frustration de ne pas être comprise ?

    Le récit que je vais vous livrer m’est arrivé et se compose d’une suite de longues expériences à partager parcimonieusement.

     

    Je me pose souvent cette question essentielle : pourquoi suis-je si différente du commun des mortels ?

     

    À cette interrogation, je me dis que toute personne est unique et de ce fait se sent bien évidemment particulière et originale. Grâce à cette compréhension, s’éloigne de moi tout sentiment de comparaison.

     

    Mon histoire personnelle sort des sentiers battus.

    Cette phrase me fait souvent rire, car les sentiers que je vais être amenée à fréquenter seront d’un ordre assez stupéfiants.

    Ce mot illustre mon incapacité de démonstration scientifique de la chose expérimentée.

     

    Oui, j’ai testé en quelque sorte une vérité jamais démontrée. Elle doit pouvoir se répéter à tout moment, pour être prouvée scientifiquement.

    Or cela n’est pas dans mes possibilités.

    De quoi vais-je vous parler ?

     

    Avant d’aborder le sujet principal de ma narration, je me présente à vous et me sens dans l’obligation de vous exposer la personne ou les personnes qui me composent.

    Il y a l’enfant qui sommeille en moi, prêt à bondir pour me faire comprendre que tout est possible si je le désire ardemment,  qui se réveille bien trop souvent à mon goût.

    Puis, il y a l’adolescente, la rebelle,  qui de temps en temps trouve le monde tellement injuste qu’elle se met à haïr de toutes ses forces les obligations dues à ce titre honorifique de « future adulte ». Ce titre difficilement acquis au bout d’une vingtaine d’années tente de trouver des raisonnements valables, capables de faire taire les deux autres entités qui cohabitent en moi.

    Mais elles ne se livrent jamais au mutisme.

    Aussi j’accueille les pensées des trois entités qui me composent, je me sens tantôt l’une, tantôt l’autre, en fonction de la situation qu’il m’est donnée de vivre.

     

    J’ai eu des parents merveilleux.

    Ils le sont toujours restés.

    Ils m’ont offert un prénom magique.

    Je me prénomme Fleur et viens de fêter mes vingt-sept ans. 

     

    Mes parents ont choisi ce prénom il y a presque trois décennies pour que je puisse distribuer des arômes de délicatesse et de tendresse à chacune de mes rencontres.

     

    Je me délecte de porter fièrement ce prénom, il est court, attractif, je peux constater l’impact de bonheur qu’il offre dans sa résonance première.

    Rencontrer une fleur, c’est toucher du doigt la perfection espérée, signée du Divin.

    Lorsque je prononce mon prénom, je m'émerveille de voir dans les reflets de l’iris de mon interlocuteur, une certaine joie qui dilate sa pupille et ouvre son cœur.

    Mes parents avaient choisi de m’offrir un très beau cadeau de naissance : celui de distribuer des sourires, tout au moins au début de chacune de mes présentations.

    Cerise sur le gâteau, il me fut offert de venir au monde un dimanche, jour de fête, entourée de brassées de fleurs autour de mon berceau lorsque les premiers invités furent conviés à me rencontrer.

    Mes parents furent extrêmement fiers de présenter leur petit bout de chou de quelques heures, en clamant haut et fort : voici notre « Fleur » !

     

    Mais le petit être que j'étais, à l’aube de cette nouvelle vie ne fut pas entouré d’un bonheur absolu.

    Effectivement je devais expérimenter les affres du corps humain avec tous ses déboires physiques.

    La jaunisse du nourrisson me transforma en fleur « soleil » ! Comble du chic…

    Un tournesol plus vrai que nature s’inscrivit sur la peau de mon visage. Couleur jaune-orangée, laissant apparaître quelques taches blanches rappelant que ma couleur initiale était bien celle-ci.

    Cette couleur soleil ressemblait d’ailleurs étrangement aux champs de blé peints par van Gogh que j’allais aduler plus tard, essayant même de recopier certaines de ses toiles admirables.

     

    De fleurs, il en sera question tout au long de ma vie, comme si mes parents avaient été inspirés par mon ange gardien, venu leur susurrer au creux des oreilles ce doux prénom prémonitoire.

    Car cet Etre de lumière savait mieux que quiconque l’impact de ce prénom dans ma vie. Accompagnée d’un destin étrange.

    Peut-être était-ce mon âme désincarnée qui lui avait indiqué ce choix définitif ?

    Je crois bien que oui.

     

    Vers l'âge de cinq ans, j’étais devenue une adorable petite boule de tendresse perchée sur deux petits pieds de trois pouces, distribuant à toute volée des bisous et des enlacements intempestifs.

    Une petite fille épanouie, heureuse de vivre.

    Fière d’être entourée de deux parents l’aimant plus que  tout. Ainsi pour redistribuer cet amour inconditionnel, je connaissais plus d’une centaine de noms de fleurs !

    C'était étonnant pour les autres.

    Pour moi c'était naturel.

    Je m’appliquais à les apprendre par cœur pour ensuite pouvoir les réciter à haute voix devant mon père, passionné de botanique. Féru sur le tard, il tenait fièrement à me transmettre cette passion née chez lui au moment de ma naissance.

    Comme si le choix de ce prénom l’avait influencé.

    Je le pense fortement.

    Ainsi, j’étais honorée de pouvoir lui rendre hommage en clamant des mots savants.

     

    Car les noms de fleurs de mon père devait se déclamer  lentement afin de ne pas trébucher sur la prononciation latine extrêmement compliquée. 

    Je ne rechignais jamais à m’extasier devant la description minutieuse de papa devant telle ou telle fleur.

    Quel engouement, quel savoir ancestral magnifiquement recopié depuis cinq années, retranscrit dans de grands cahiers scolaires à petits carreaux qu’il gardait soigneusement dans les cinq tiroirs de son bureau en merisier. 

    Chaque fleur était archivée, en premier lieu séchée quelques semaines, puis collée sur la page de gauche de son cahier gigantesque.

    Sur la page de droite, une description minutieuse des caractéristiques visuelles de la fleur était inscrite, allant  jusqu’aux  merveilleuses applications médicales physiques et psychiques, toutes  surlignées au stabilo rose ou jaune.

    La visée curative de centaines de fleurs lui était communément accessible.

    Mon père, fier de son savoir, distribuait à qui voulait l’entendre quelques conseils avisés d’utilisation de ses chères découvertes ancestrales.

    Le goût du jour étant plutôt à la chimie, il se délectait de contrecarrer la mode. Conscient de l’abandon injustifié de ces médecines dites « douces ! »

     

    Perchée sur mes petites chaussures de vernis noirs, du haut de mes cinq  ans, j’étais fière d’accompagner mon cher papa dans ce combat.


  • /medias/page de garde livre 5/4 ieme site.jpg

    DEUXIEME ROMAN initiatique - "Larbre aux mille âmes" - SORTIE LE 1er NOVEMBRE 2016

    Nouveauté

    Cornélie Doerfler
    L’Arbre aux mille âmes
    Ne dit-on pas que l’essentiel est invisible aux yeux des mortels ?
    Alors, laissez-vous emporter par ce récit envoûtant.
    Je me nomme Sofiane et je vais enfin LA rencontrer !
    Celle qui fait battre mon coeur depuis de longues années.
    Un coeur amoureux d’élans sonores, car pour tout vous dire, je suis une fervente
    adoratrice d’un instrument majestueux,
    le bien nommé : piano !
    Et c’est elle, Clara von Lichtenberg, qui à mes yeux et surtout à mes
    oreilles, remplit toutes les conditions de l’excellence requise pour
    émerveiller les mélomanes avertis.
    Lorsque ce nom magique -piano- est prononcé, ou même évoqué devant moi, un
    frisson de bonheur commence à m’envelopper.
    Je vais vous narrer à présent une histoire singulière et époustouflante. Avec pour
    fil conducteur les notes égrenées par notre virtuose. Et vous démontrer que oui,
    tout est possible pour les coeurs aimants. Les destins entremêlés ouvrent
    quelquefois les chemins de l’impossible.
    « La vie est un voyage et non une destination,
    Il n’y a pas d’erreurs, seulement des chances que nous avons prises. »
    Indie Arie.
    CD inclus dans ce livre
    Extrait de « L’Arbre aux mille âmes »


  • /medias/COUVERTUREFINALE02.png pour le site.png

    SORTIE DU PREMIER ROMAN DE CORNELIE AVEC UN EXTRAIT DU CHAPITRE UN

    Nouveauté

    1er Roman de Cornélie

    "Là où tout est possible"

    Disponible à partir du 21 mai 2015

    Ce nouveau livre de Cornélie Doerfler est un roman initiatique inspiré par l'enseignement de Yélaïa, où elle raconte les péripéties d'une jeune femme, Eglantine, qui entre en contact avec sa grand-mère décédée, qui va l'initier aux secrets de l'autre monde....

    Voici pour vous, en EXCLUSIVITE, un extrait du chapitre 1:

    Eglantine  monte précipitamment  les escaliers,  enjambant les marches deux par deux. Son cœur bat la chamade. Le souffle court, elle entend comme un rythme de tamtam africain qui lui répète :

    « Cours vers ton destin, dépêche-toi mon enfant … »

    Une force irrésistible la pousse à aller de plus en plus vite, tel un désir retenu qui peut enfin éclater, là où le temps doit s’accélérer pour rattraper les minutes perdues.

    Enfin elle se trouve devant la porte tant convoitée mais hésite encore quelques instants avant d’en franchir le seuil. Le sol est recouvert d’une poussière qui vient chatouiller ses narines. Ce grenier éveille son esprit, cet endroit lui rappelle l’espace de ses rêves enfouis, l’abri de ses espoirs d’enfance. Elle respire fortement, le bruit de son souffle la rassure, il n’est pas question de se laisser envahir par une peur quelconque.

    « Non pas maintenant ! » se dit-elle.

    « Tu arrives au but… » lui susurre une voix. 

    Y aurait-il des fantômes dans cette vieille maison ?

    Il est vrai que cette ancienne bâtisse de style victorien -une sorte de manoir- doit se sentir délaissée, car voici bien dix longues années qu’elle attend une improbable visite. Tout est figé.

    Églantine a l’impression de jouer le rôle du prince charmant qui viendrait réveiller sa belle au grenier dormant. Elle sent revenir une joie dans les pierres de cet espace endormi, à vrai dire pas tout à fait une joie, mais plutôt un espace de souffle de vie. Comme un être que l’on réanime en pressant ses lèvres contre les siennes pour permettre à la première respiration d’entrer dans son corps. Églantine réveille doucement l’âme de cette demeure. Cette sublime maison accueillait en ses temps de gloire des goûters légendaires, des bals costumés, des parties de cache-cache, mais aussi et surtout des récits fabuleux, contés le soir, tandis qu’elle se nichait au creux des bras de sa grand-mère, assise au coin d’un feu, qui lui aussi  crépitait d’impatience. Ces histoires fantastiques entremêlaient contes et rêves avoués, sortis tout droit de l’esprit éclairé de sa chère Mamita. Cette femme si somptueuse et si humble, grande créatrice de songes merveilleux...

     

    A présent, elle revient à elle. Ce cadeau tombé du ciel l’attend là, derrière cette porte : la révélation.

    Églantine n’est plus envahie de cette grande impatience qui lui gâchait ces derniers mois. Elle a tout de même envie d’attendre un peu, avant de franchir cette porte bancale. L’odeur de bois usé se mêle à celle des papiers-peints moisis, mais cela ne la rebute pas. Au contraire, elle reconnait cet endroit comme étant le sien, car tant de fois recomptées les fleurs du papier-peint, tant de fois réorganisés les petits losanges bleus et verts, redessinés à sa façon lorsqu’elle était cachée dans cet antre de joie et de paix.

    Elle reconnait les traces de son enfance insouciante sur les murs de ce grenier, elle va même jusqu’à entendre ses propres éclats de rire traverser les couloirs. Oui, tous ces souvenirs lui prennent la main et la forcent à ouvrir la porte qui lui est enfin accordée.

    C’est un grincement mélodieux qui accueille ses espoirs.

    Elle entre. Il est là. En face d’elle. Recouvert d’un linge immaculé.

    Elle reconnait cette odeur. Un mélange de camphre et de poussière lui pique le nez. Elle a hâte de découvrir cet héritage prestigieux. Tant désiré, tant caché… depuis maintenant quarante longues années. Elle regarde autour d’elle, comme un voleur qui aurait peur d’être surpris dans son effraction, continue tout de même de s’approcher de son trésor voilé. Elle ne voit que lui. Les objets qui lui tiennent compagnie retiennent tous leur souffle : la chaise à bascule immobile, la poupée de porcelaine figée là, les malles de voyage fermées d’un loquet en fer forgé rouillé. Les meubles attendent une seconde vie, la commode surmontée d’un plateau de marbre est restée intacte, quelques chaises en osier ont été recouvertes d’une tenture rouge bordeaux et le sofa de même couleur, de style empire, trône au milieu des vieux bouquets de mélisse accrochés au fil de linge tendu entre deux poutres. Cette tisane ne sent plus guère que la poussière. Une lueur diffuse pénètre au travers de petits chiens-assis. Elle voit tourbillonner des grains de poussière autour d’un faisceau de lumière blanche.

     

    A présent, Églantine s’approche de son rêve incarné. Il est posé au milieu de la pièce, derrière la plus grosse poutrelle. Elle commence par le toucher, doucement, sa main tremble, ses yeux appellent les larmes de la reconnaissance et décident de la faire attendre encore un peu. Une petite buée lui voile l’espace quelques secondes. Églantine accepte ce moment de premier échange d’amour. Elle est tellement émue. Imaginez tout de même… pour elle, vingt années de patience lui furent demandées ! Alors, quelques larmes de bonheur, c’est un minimum syndical !

    Sa main se calme enfin, fait glisser doucement le voile de tissus recouvrant le trésor caché. Elle ne sait pas très bien ce qui l’attend. Elle essaie de deviner. Le voilà en face d’elle. Maintenant...............................


  • /medias/P1000078 bis reduite.jpg

    PARUTION D'UN NOUVEAU LIVRE

    A partir du 5 mai 2014

    "Le baiser de l'Ange"

    Et si nous pouvions reconquérir notre paradis perdu?

     

    Livre broché au prix exceptionnel de 17 Euros

    Dédicaces possibles sur demande

    Dans ce nouveau livre Cornélie vous offre les nouveaux enseignements des Anges, de Marie et Padre Pio.

    Ce récit haletant nous emmène aux confins d'un autre monde, où les messages captés par son mari en état de médiumnité vous sont à présent offerts par Cornélie qui pose toutes les questions permettant de comprendre le sens de nos souffrances humaines.


  • LIEUX DE VENTE DU " BAISER DE L'ANGE "

    Le dernier livre de Cornélie Doerfler est diponible :

    - Sur le site FNAC.fr ou au magasin de Strasbourg

    - Sur le site AMAZON.fr

    - A la Librairie Broglie

    23, place Broglie Strasbourg (tél 03.88.32.17.40)

    - Sur le site www.lecoeurdesanges.fr

    - Au magasin Bio " Santé Avenir "

    ZA 4, rue du ried Schweighouse sur Moder (tél 03.88.06.09.41)

    - Par commande directe sur le mail de Cornélie

    cornelie.doerfler@orange.fr

    possibilité de paiement par chèque sur simple demande


  • ATTENTION, NOUVEAUTE......

    Une dédicace personalisée peut être réalisée par l'auteur, Cornélie Doerfler, pour chaque livre acheté, ceci sur simple demande.